F1 News

Analyse de cette première semaine d’essais

Les premiers essais hivernaux de cette saison ont été mémorables. Le paddock a été accueilli à Barcelone par des températures glaciales mardi matin et une mince couche de neige mercredi, les dix équipes ont dû adapter leurs stratégies de tests.

La température moyenne saisonnière sur le circuit de Catalunya en fin février était de 15 degrés Celsius, lors des trois premiers jours d’essais, les températures de piste sont restées obstinément à un seul chiffre pendant la majorité des trois premiers jours et c’est évidemment un problème majeur pour une voiture de Formule 1, spécialement conçue pour fonctionner dans des conditions chaudes.
Le plus gros problème était donc la tenue des pneumatiques. Les composés de Pirelli, même ceux qui ont été développés pour fonctionner dans des conditions relativement fraîches doivent atteindre au minimum 90 degrés Celsius pour obtenir une bonne performance. La seule façon d’atteindre ce seuil lors les trois premiers jours de tests cette semaine a été de pousser la voiture le plus que possible sur de longs « run », la chaleur des freins joue également un grand rôle dans la montée en température des gommes. Mais même lorsque les températures nécessaires ont été générées dans certains virages à grande vitesse, les pneus ont immédiatement commencé à redescendre en température.

Les conditions étaient très difficiles, nous devions essayer de mettre les pneus dans la bonne fenêtre de température, a expliqué Robert Kubica, après avoir testé la FW41 mardi. Mon souci était seulement d’aller le plus vite possible pour ne pas refroidir les pneus car une fois qu’ils sont refroidis, nous n’avons plus de marge et nous devons rentrer car nous ne pouvons plus rester en piste.

Si les gens étaient là et avaient vu mon premier tour en pneus usés, j’avais l’impression de n’avoir jamais conduit de voiture de course de toute ma vie! Vous ne réalisez pas à quel point il est difficile pour un pilote de conduire une formule 1 de manière sûr.

Vous devez laisser la chaleur des freins dans les jantes pour avoir une chance de chauffer les pneus dans ces conditions et nous n’avons pas réussi à le faire, a expliqué Kevin Magnussen après sa sortie de piste au virage numéro 4 mardi.

À l’exception du jeudi après-midi, lorsque les températures ont finalement dépassées les 15 degrés Celsius et que le soleil a brièvement réchauffé la surface de la piste à 25 degrés, il n’y avait aucune chance de réaliser des tests de performance significatifs. Mais cela ne signifie pas que les trois premiers jours ont été une perte de temps complète.

Il y a beaucoup de choses que nous n’avons pas pu faire, évidemment », a déclaré le directeur technique de Toro Rosso, James Key. « L’une des premières choses que vous voulez faire, c’est sont les tests des pneumatiques, ce qui est très difficile dans ces conditions, donc nous avons dû adapter le programme.

Il semblait inquiétant pour les rivaux de Mercedes qu’au moment où les températures de piste atteignaient leur sommet jeudi après-midi, que Lewis Hamilton ait une demi-seconde d’avance par rapport au deuxième chronos. Il a établi un temps de 1: 19,333 avec des pneus medium tandis que Stoffel Vandoorne dans sa McLaren était à  0,5s avec des hyper-tendres.

Sur le papier l’écart peut sembler un grand, mais Pirelli estime que « les équipes n’ont même pas commencé à gratter la surface en termes de performance ». En utilisant les pneus plus tendres de la gamme, les temps au tour devraient baisser de plus d’une seconde dans la deuxième semaine d’essais, les chronos estimatifs sont de l’ordre de 1:17. Il serait donc judicieux d’attendre que les équipes aient effectué des simulations de qualification avant de tirer des conclusions.

Il convient également de noter que les pneus medium ont été étonnamment rapides dans ces conditions, cela s’explique notamment par le fait que sa construction plus rigide a aidé à combattre le grainage subi  lors de l’utilisation de certains des composés plus mous. Vu sous cet angle, le tour rapide d’Hamilton en pneu plus dur que ses adversaires n’est pas aussi impressionnant que cela semble paraître de prime abord, surtout que le niveau de carburant reste la plus grande inconnue des essais et l’un des principaux critères de performance sur un tour.

F1 news

 

Commentez l'article via Facebook

Rejoignez le groupe de discussion Facebook de notre partenaire !



Autres articles

F1 News

GRATUIT
VOIR