Analyse de la Mercedes W09

Après quatre saisons de domination en Formule 1, la présentation  de la nouvelle Mercedes AMG 2018 était très attendue, au premier coup d’œil, elle n’a pas l’air très différente de la W08, mais rentrons plus en profondeur pour confirmer cela.

Nous avons pu constaté lors de la présentation que l’aileron de requin a été supprimé, le museau est toujours aussi fin, le winglet (petit aileron arrière servant à gérer le flux d’air de la voiture) a été retravaillé et évidemment le halo de sécurité à été installé. Mais pour comprendre le manque de changements extérieurs, nous devons comprendre les problèmes que l’équipe a connus en 2017. Étant donné que la W09 part déjà sur une bonne base de conception, l’objectif pour cette année a été de tirer le meilleur parti de l’ensemble de la monoplace. Si l’équipe veut rester compétitive sur chaque circuit, par rapport à la concurrence qui sera plus grande cette année car en plus de Ferrari on pourra sans doute compter sur Red Bull et même McLaren, les victoires en course ne doivent pas être perdues à cause de problèmes de pneus liés à la piste ou aux conditions météorologiques.


Mercedes qui a remporté les championnats 2015 et 2016 assez facilement, a pour la première fois dû batailler pour battre Ferrari en 2017. Leur voiture d’une grande complexité au niveau technique était rapide, mais avait un comportement capricieux par rapport à l’usure des pneus, un détail que Ferrari maitrisait beaucoup mieux. De ce fait, l’équipe technique a été mobilisée afin de résoudre ces problèmes en milieu de saison. La problématique ne résidait pas dans la configuration fondamentale de la voiture, mais plus du fait de son empattement long et de sa faible inclinaison.

Armé de cette connaissance sur la façon d’apprivoiser la voiture, le développement de la W09 a pu avancer rapidement car les ingénieurs ont pu trouver des solutions sans trop toucher à la partie aérodynamique. Ainsi, la nouvelle voiture est exactement aussi longue que la W08, et gardera le même angle d’inclinaison. L’équipe a donc dû innover au niveau de la suspension, Mercedes admet d’ailleurs que des changements ont été apportés à la géométrie de la voiture, en particulier à l’arrière avec des triangles repositionnés. Les triangles arrière surélevés sont en partie une astuce aérodynamique, le package “aéro” a de ce fait été retravaillé afin d’obtenir un rendement optimal tout en gardant la voiture à angle droit par rapport au sol ce qui lui confère un appui maximal.
Une autre astuce trouvée par Mercedes est la forme arrière des pontons, plus mince et plus droit. Une telle mise en forme n’est possible qu’avec le reconditionnement du groupe propulseur. Mercedes AMG HPP, la division des moteurs de l’équipe, s’est montrée optimiste quant aux changements majeurs apportés à l’unité motrice, non seulement en terme de puissance et d’efficacité, mais aussi et surtout en terme de fiabilité. Avec une réduction du nombre d’éléments du groupe propulseur autorisés par voiture tout au long de l’année et la répression de la combustion d’huile moteur, la motorisation Mercedes est toujours susceptible d’être la meilleure sur la grille cette saison.

Au final nous ne pouvons pas vraiment nous faire une opinion pour savoir si Mercedes en a suffisamment fait pour conserver sa domination car notre analyse ne peut reposer que sur des aspects extérieurs de la monoplace. Ce qui est sûr c’est que l’équipe a travaillée dur et à encore innovée cette saison et étant donné la supériorité qu’était a sienne fin 2017, il est difficile de penser qu’elle perdra son hégémonie cette année.
F1 News

Commentez l'article via Facebook

Derniers articles