Mercedes a développé la “safety car” la plus puissante de tous les temps

Mercedes a dévoilé son AMG GT R de 585 chevaux, elle sera utilisée en temps que voiture de sécurité (safety car) cette saison dès le Grand Prix d’Australie.

Avec un moteur V8 bi-turbo de 4,0 litres et une vitesse de pointe de 318 km/h, l’AMG GT R est la Voiture de Sécurité la plus puissante et la plus rapide de tous les temps.

Son aileron arrière plus large ainsi que son double diffuseur lui confèrent une adhérence optimale. Elle est munie d’une suspension à enroulement réglable, ainsi que d’un système de contrôle de la traction à 9 rapports. Les roues ont été forgées de manière à faire partie intégrante de l’aérodynamisme.

La voiture de sécurité comme son nom l’indique a pour but de sécuriser les circuits en cas d’incidents ou d’accidents, son objectif principal est de neutraliser la course en ralentissant les pilotes temporairement afin de permettre aux commissaires de pistes de retirer une voiture accidentée ou encore de nettoyer des débris laissés sur la piste en cas d’accrochage, elle peut être aussi déployée en cas de conditions météorologiques difficiles.

La première apparition d’une voiture de sécurité en Formule 1 date du Grand Prix du Canada en 1973. Son rôle ne fut réellement défini par la FIA que lors de la saison 1992. Depuis 2000, c’est Bernd Mayländer, un ancien pilote de DTM, qui a officiellement été désigné pour piloter la safety car à chaque Grand Prix en cas de problèmes. Avant Mercedes, différents constructeurs automobiles avaient été mandatés afin de fournir des bolides qui feraient office de voitures de sécurité, parmi les plus célèbres, on peut citer, Porsche, Lamborghini ou encore Renault.

Lamborghini Countach lors du Grand Prix de Monaco en 1981

Depuis plusieurs années, beaucoup de pilotes se plaignaient de la lenteur de la voiture de sécurité lorsqu’elle était déployée, car en imposant un rythme trop lent, les pneus des monoplaces baissent en température, ce qui entraîne une perte d’adhérence lors des restarts (c’est-à-dire lorsque la voiture de sécurité revient aux stands, et permet aux pilotes de reprendre la course), avec cette nouvelle génération de voitures, ces problèmes seront sans doute partiellement résolus.

F1 news

Commentez l'article via Facebook

Derniers articles