Procédures lors du déploiement d’une voiture de sécurité virtuelle

Nous avons beaucoup entendu parler de cette voiture de sécurité virtuelle ce weekend suite au retournement de situation inattendu lors du duel Mercedes / Ferrari. Rentrons un peu plus en détail sur le sujet.

Pour préserver la sécurité des pilotes lors d’un week-end de course, notamment en cas d’accident ou de conditions métrologique très mauvaises, la FIA dispose de deux moyens principaux pour neutraliser une séance d’essais ou une course : la voiture de sécurité réelle ou virtuelle.

Cette dernière est principalement utilisée lorsque des drapeaux jaunes (le pilote doit impérativement ralentir) ou des doubles drapeaux jaunes (le pilote doit non seulement ralentir, mais également être prêt à s’arrêter si cela s’avère nécessaire)  sont agités sur n’importe quelle section de la piste, et que les circonstances ne sont pas de nature à justifier la voiture de sécurité réelle.

Si la voiture de sécurité virtuelle est appelée, les équipes sont notifiées via un système de messagerie officiel, tandis que les pilotes sont avertis par tous les panneaux lumineux de la FIA affichant VSC (Virtual Safety Car).

Sous régime de voiture de sécurité virtuelle, les pilotes doivent réduire leur vitesse et rester au-dessus d’un temps minimum fixé par la FIA au moins une fois dans chaque secteur. Les commissaires peuvent imposer des pénalités pour toute transgression.

Les pilotes ne doivent pas conduire trop lentement, ou d’une manière qui pourrait être jugée potentiellement dangereuse pour les autres concurrents. Ils ne sont pas non plus autorisés à dépasser, sauf si un autre pilote à l’avant pénètre dans la voie des stands ou ralentit suite à un problème évident.

Lorsqu’il est jugé sûr de mettre fin à la procédure de la VSC, les équipes sont notifiées via le système de messagerie officiel. Entre 10 et 15 secondes plus tard, les panneaux lumineux de la FIA passent au vert et les pilotes sont libres de reprendre la course.

En cas d’incident plus grave, en particulier, si des concurrents ou des commissaires sont en danger physique immédiat, et que l’incident ne peut pas être réglé par le déploiement d’une VSC, la voiture de sécurité réelle sera appelée.

F1 news

Commentez l'article via Facebook

Derniers articles