fbpx
F1 News

Le dopage en Formule 1 existe t-il ?

Contrairement à beaucoup d’autres sports, la Formule 1 n’a jamais été entachée par des scandales de dopage.

Mais qu’en est-il réellement ?

Historiquement, la principale préoccupation de la FIA était de savoir si les pilotes pouvaient être sous l’influence d’alcool ou de produits stupéfiants plutôt que de savoir s’ils utilisaient des substances permettant d’améliorer leur performance physique.

Depuis 2005, les pilotes peuvent désormais être contrôlés à leur domicile, à leur hôtel ou au sein de leur propre écurie, et ce, de manière totalement inopinée.

Certains pilotes comme l’ancien champion du monde, Jenson Button, soulignent néanmoins, que les contrôles sont certes devenus beaucoup plus poussés en termes de recherche de substances illicites, mais sont paradoxalement beaucoup trop rares. Le Britannique, s’était d’ailleurs exprimé sur le sujet, déclarant en 2016 ne pas se souvenir de la dernière fois où il avait été contrôlé par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage).

 

Il est admis au sein de la FIA que l’absence de dopage en F1 tient principalement du fait que les pilotes sont parfaitement conscients des dangers que peuvent entraîner la prise de produits censés améliorer leur performance.

L’ancien délégué médical de la FIA, le docteur Gary Hartstein est même allé plus loin dans l’analyse estimant que parmi tous les produits prohibés, aucun n’est capable de permettre aux pilotes d’améliorer leurs capacités sans être soumis à certains effets secondaires (trouble de la vision et diminution de la capacité de concentration).

Néanmoins, il a été établi que certains pilotes ont eu recours à la tacrine, un médicament initialement développé pour traiter la maladie d’Alzheimer mais qui permet également d’améliorer la mémoire visuelle. Les pilotes l’utilisaient pour mémoriser plus facilement les configurations complexes de certains circuits. Cette substance est considérée, malgré ses effets, comme étant totalement légale.

 

Comme nous l’avons dit précédemment, il n’y a officiellement jamais eu de contrôle positif en Formule 1, mais Sirling Moss, ancien champion du monde dans les années 50 a avoué avoir utilisé à son époque des amphétamines et d’autres substances considérées aujourd’hui comme étant illicites.

À l’époque, on prenait des amphétamines, du Benzedrine ou du Dexedrine, simplement pour rester éveillé. Ce n’était pas considéré comme du dopage. Toute cette histoire de dopage a commencé lorsque les sportifs ont commencé à les utiliser pour améliorer leur condition physique.

Le seul cas officiel de “dopage” dans un des championnats de la FIA est le cas du pilote tchèque, Tomas Enge qui a été contrôlé en 2002, positif à la marijuana, ce qui lui a valu de perdre son titre de champion de F3000 au profit du pilote français, Sébastien Bourdais.

F1 news

Commentez via Facebook






Rejoignez le groupe de discussion Facebook de notre partenaire !



Autres articles