fbpx
F1 News

Quand le féminisme s’invite en Formule 1

La question de la place des femmes en Formule 1 fait débat depuis maintenant plusieurs années.

De nombreux protagonistes de la Formule 1 se sont exprimés sur le sujet à plusieurs reprises et certains d’entre eux, comme le Docteur Helmut Marko, responsable de la filière junior chez Red Bull Racing, estiment clairement que compte tenu de la difficulté physique que représente ce sport, ce dernier ne devrait être réservé essentiellement qu’aux hommes.

Afin de pallier le manque de pilotes féminins dans le sport automobile, un championnat alternatif a vu le jour en 2018, le W Series, exclusivement réservé aux femmes.

Malgré un certain nombre de critiques négatives, ce championnat ne laisse pas indifférent.

Mattia Binotto, actuel patron de Ferrari, a même déclaré que son équipe est désormais prête à recruter des femmes au sein de la Ferrari Driver Academy.

 

Mattia Binotto :

Les femmes devraient faire partie de la Ferrari Driver Academy. C’est quelque chose sur lequel nous travaillons en ce moment pour nous assurer que cela puisse arriver très bientôt.

Malgré cette main tendue, Sophia Florsch, connue pour son terrible crash au Grand Prix de Formule 3 de Macao en 2018, ne l’entend pas de la même oreille et y prête des intentions “marketing” plus qu’autre chose.

Elle a répondu ceci via Twitter :

Est-ce là l’esprit des gens modernes.

Tant que nous (les femmes) ne commercialisons que des produits de course, rien ne changera. Nous devons montrer que nous sommes égales (face aux hommes). La preuve que cela est possible quand on prend l’exemple de Michèle Mouton.

Précisons que la Française, aujourd’hui âgée de 68 ans, a été une pionnière dans le domaine de la course automobile, et est l’une des rares pilotes femmes à avoir remporté plusieurs victoires au championnat du monde des rallyes.

F1 news

Commentez via Facebook






Rejoignez le groupe de discussion Facebook de notre partenaire !



Autres articles