fbpx
F1 News

Renault fait en sorte de pousser Red Bull à trouver une autre solution pour 2022

Red bull se retrouve en position de faiblesse face à Renault.

Le retrait de Honda à la fin de la saison 2021, place l’écurie autrichienne dans une situation très délicate.

Il n’y a plus que très peu d’alternatives étant donné que ni Ferrari et ni Mercedes ne sont disposées à leur fournir des groupes propulseurs.

L’option qui consisterait à racheter les droits de propriété intellectuelle de Honda, pourrait être faisable mais uniquement sous certaines conditions. En outre, cette solution coûterait beaucoup d’argent.

Le choix le plus logique et le plus pratique pour 2022 serait de signer un nouveau contrat de motorisation avec Renault le temps de trouver une solution alternative.

Mais, Red Bull n’est plus en position de force face au motoriste Français, bien que, selon le règlement sportif de la Formule 1, ce dernier a le devoir de motoriser l’écurie autrichienne.

Par ailleurs, de l’aveu de Christian Horner, l’écurie française est en train de faire tout son possible pour ralentir les négociations afin de pousser Red Bull à choisir une autre solution pour 2022.

Déclarations de Christian Horner :

C’est dommage pour la Formule 1 de perdre un constructeur comme Honda.

Cela ne laisse que très peu de choix, car nous ne sommes pas une petite équipe cliente standard et nous avons des spécificités bien particulières.

Nous avons compris que les négociations avec Renault ne seront pas simples, car ils ne souhaitent absolument pas nous motoriser.

Cela nous pousse à choisir une autre alternative, et plus nous avançons dans le temps, plus nous nous disons qu’il n’y a qu’une seule option qui pourrait fonctionner.

Et ce serait de convenir d’un accord avec Honda où nous pourrions racheter leur propriété intellectuelle, mais bien sûr, cela devra dépendre de la réglementation.

Nous devrons, avant cela, nous assurer qu’il n’y aura pas de gel des moteurs.

Cela n’aurait de sens que pour un fournisseur de moteurs indépendant comme Red Bull le serait effectivement s’il y avait un gel.

Il serait tout simplement impossible de financer les dépenses de développement actuellement en cours avec ces moteurs.

F1 news

Commentez via Facebook






Rejoignez le groupe de discussion Facebook de notre partenaire !



Autres articles