fbpx
F1 News

“Si je ne disais plus rien, non seulement les journalistes n’auraient plus rien à se mettre sous la dent, mais en plus, je deviendrais ennuyeux”

Depuis quelques jours, Romain Grosjean a commencé à régler ses comptes avec certaines personnes.

Personnage atypique de la Formule 1, Romain ne fait pas l’unanimité que ce soit dans le paddock ou sur les réseaux sociaux.

En effet, sa très grande franchise et sa volonté de toujours vouloir se justifier lorsqu’il fait des erreurs lui ont valu beaucoup de moqueries.

Chose qu’il a toujours réussi à prendre au second degré que ce soit lors de conférence de presse ou lors d’interview.

Mais au final, comparé à certains pilotes, il est l’un des rares à pratiquement toujours faire une autocritique objective.

Amené à s’exprimer sur la passion qu’il déchaîne, Romain a expliqué :

Les gens aiment toujours donner des notes aux autres. En 2012, tout le monde disait Grosjean ceci, Grosjean cela.

Charlie Whiting, qu’il repose en paix, avait précisé à un moment donné que c’était moi qui l’avais amené à penser à introduire une règle avec 12 points de pénalité.

 

Début 2013, j’ai essayé de ne pas attirer l’attention, et à la fin de l’année j’avais très bien performé !

Lorsque vous montez sur le podium, vous êtes beaucoup moins susceptible d’être critiqué. Malheureusement, après cela, la voiture n’était plus aussi compétitive, mais si elle l’avait été, tout se serait déroulé différemment.

Il y a aussi le fait que je commente mes erreurs, mais ce n’est absolument pas pour me trouver des excuses.

Lors de l’incident de Bakou en 2018, il y a eu une forte rafale de vent, et j’ai accidentellement appuyé sur l’un des boutons du volant, déplaçant la balance vers les freins arrière de 17%, mais je ne l’ai pas remarqué, alors au freinage, cela m’a pris par surprise.

 

C’était de ma faute et je voulais tout simplement expliquer cela aux fans.

À l’avenir, je pense que je dirai probablement : C’était de ma faute, merci pour l’interview et au revoir.

Mais si je ne disais plus rien, non seulement les journalistes n’auraient plus rien à se mettre sous la dent, mais en plus, je deviendrais ennuyeux.

Donc, Romain, un bon conseil, reste comme tu es. 😉

F1 news

Commentez via Facebook






Rejoignez le groupe de discussion Facebook de notre partenaire !



Autres articles